Postures de méditation

Au cours de la méditation, votre souffle a une grande importance. Ce dernier doit donc être libre et circuler. La position adoptée doit permettre d’établir un rythme respiratoire naturel : calme et puissant, basé sur une expiration douce et longue.

Les postures de méditation au sol vous incitent naturellement à une rétroversion du bassin ; un basculement vers l’arrière qui positionne naturellement la colonne vertébrale dans une position stable et confortable. 

Votre zafu accroît votre confort dans les postures assises car il surélève vos hanches, qui se retrouvent au-dessus de vos genoux. Il facilite votre méditation quotidienne en se modelant à votre corps.

Offrez-vous le temps d’adaptation nécessaire afin de trouver la bonne position pour méditer, celle qui restera confortable durant tout le temps de votre séance.

Dans la position du lotus (Padmâsana), les jambes sont croisées : pied droit sur la cuisse gauche, pied gauche sur la cuisse droite. 

Le Lotus demande une certaine souplesse, une préparation incontournable. Pensez à assouplir vos articulations en les faisant travailler de manière volontaire.

Respirez toujours profondément pour délasser vos muscles et leur permettre de s’assouplir tout naturellement. Lorsque vous êtes prêt, gardez le dos droit, amenez le 

dessus du pied sur la cuisse opposée. Procédez de même, lentement, toujours, avec l’autre pied. Lorsque vos deux pieds sont posés sur les cuisses, vos genoux doivent toucher le sol.

Dans le demi-lotus (Siddhāsana), le talon gauche est positionné contre le périnée alors que le droit se positionne au-dessus, au niveau du pubis.

Le buste se tient droit sans raideur, et la tête est comme tirée par un fil au sommet du crâne. Le menton est très légèrement rentré, le regard se fait rasant et fixe sans vraiment fixer un point à environ deux mètres de soi.

Si elle est moins exigeante physiquement que le lotus, la position du demi-lotus demande de la préparation et de la pratique.

Dans la position Seiza, les genoux sont au sol, les jambes sont pliées sous les cuisses et le bassin repose sur les talons.

Les chevilles sont alors tournées vers l’extérieur du corps, dans une forme légèrement en « V ». Le zafu peut être placé sur le côté pour atteindre plus de hauteur et réduire la pression sur les articulations. Pour augmenter la hauteur d’avantage, un bloc de yoga peut être placé sous le zafu.

Dans la position birmane ou assis en tailleur, les mollets et les chevilles sont appuyés sur le sol.

C’est une position agréable et simple à pratiquer, elle détend les jambes et les hanches en douceur. 

Idéale pour débuter et pour développer votre souplesse de façon graduelle, elle est aussi adaptée à des séances de méditation plus longues.